ReGen Village : la future ville néerlandaise 100 % écologique et autonome !

ARTICLE PARU DANS  LA RELEVE ET LA PESTE www.lareleveetlapeste

http://lareleveetlapeste.fr/regen-village-la-future-ville-neerlandaise-100-ecologique-et-autonome/

Une entreprise californienne travaille en ce moment sur le ReGen Village, une petite ville totalement indépendante en énergie et nourriture, qui devrait voir le jour d’ici 2017. 

Comme pour beaucoup de « villes-concept », celle-ci verra le jour aux Pays-Bas, terre d’innovation ; située tout près d’Almere, elle sera à moins de 20min d’Amsterdam. ReGen Village, d’ailleurs plus un quartier qu’une ville, se donne pour but ultime d’être complètement autonome : de l’agriculture, aux énergies, en passant par le recyclage des déchets, tout se passera sur place. Et sera entièrement écologique, évidemment.

L’entreprise californienne ReGen Villages s’est pour l’occasion associée avec le cabinet d’architectes danois Effekt. Leur projet repose sur cinq piliers bien définis : la production à haut rendement de nourriture bio sur place, la production d’énergies uniquement renouvelable, la construction de maisons à énergie positive – c’est à dire qui produisent plus qu’elles ne consomment –, le recyclage des déchets et le filtrage de l’eau

PRODUCTION A HAUT RENDEMENT DE NOURRITURE BIO SUR PLACE

Afin de pouvoir nourrir tous les habitants de la petite unité, il est nécessaire d’avoir une agriculture à haut rendement. Un objectif qu’on pense trop souvent incompatible avec le bio : à tort ! Le projet de ce village nous prouve le contraire : le tout est de savoir varier les procédés, mais aussi de les maitriser complètement afin d’en exploiter tout le potentiel.

Le ReGen Village joue la carte de la diversité : aquaponie, aéroponie, permaculture, forêt-nourricière, etc. : tous ces procédés complémentaires sont nécessaires au développement d’une agriculture biologique, durable et rentable. L’entreprise de construction assure pouvoir, de cette manière, répondre aux besoins de la population : « On prévoit des tonnes de nourriture bio chaque année – des légumes, des fruits, des noix, du poisson, des oeufs, du poulet, des produits laitiers et des protéines issus de tout petits animaux », explique James Ehrlich, le PDG.

RECYCLER LES DECHETS ET LES EXCREMENTS

Tous les aliments qui ne seront pas consommés, ainsi que les autres déchets organiques, soumis à un système scrupuleux de tri et de recyclage, seront transformés en biogaz et en nourriture pour l’élevage des animaux. Toujours au niveau du recyclage, rien n’est laissé au hasard, puisque les déjections de ces animaux d’élevage seront utilisées pour servir d’engrais aux cultures, de la même manière que celles des poissons servent à alimenter l’aquaponie.

ENERGIE VERTE ET MEILLEUR RENDEMENT

Mais pour permettre à tout ce concept de vivre, il faut bien l’alimenter en énergie. Avec quelle eau prendra-t-on nos douches ? Comment seront irriguées les cultures ? Il faut d’abord savoir que des systèmes comme l’aquaponie requièrent 90 à 95% moins d’eau que l’agriculture industrielle. Mais pour les demandes incompressibles en eau, il faut savoir que le village dispose d’un système de filtration et de traitement des eaux de pluie et des eaux usées.

En ce qui concerne l’électricité, c’est, comme pour la culture, en couplant des procédés complémentaires que le village arrive à atteindre l’autonomie : éolien, solaire, géothermie, tout est bon pour faire marcher la communauté à l’énergie verte. Et, en plus de produire vert, la petite ville consommera surtout mieux et plus rationnellement, grâce à un système intelligent de distribution en énergie.

VERS UNE GENERALISATION DE CE TYPE D’ORGANISATION ?

Alors que le village néerlandais n’a même pas encore fini d’être construit, les concepteurs ont l’ambition de l’exporter sur d’autres continents : le Moyen-Orient, l’Inde rurale, l’Afrique subsaharienne, etc. S’il reste des ajustements à faire sur le système – les conditions climatiques n’étant évidemment pas les mêmes dans ces pays qu’aux Pays-Bas –, l’entreprise californienne voit dans son modèle une solution à la surpopulation et au mal-développement des pays émergents.

Lorsqu’on sait qu’en 2050, la Terre pourrait compter près de 10 milliards d’habitants, il est évident que la question urbaine, alimentaire et écologique constitue une urgence. Une urgence à laquelle ReGen Village pense avoir la solution…

Sources : Article de Wedemain sur ce village autonome / Site officiel de ReGen Villages (Anglais) / Sur le système d’aquaponie

Crédits Photos : Effekt

Vous avez aimé : PARTAGEZ !
Share

envoyez
FAITES CIRCULER CETTE INFORMATION !
Envoyez-la ICI PAR MAIL à qui vous voulez !

Share