Association Souleu : Tout le monde peut contribuer à la mise en place de jardins partagés

Tout le monde peut contribuer à la mise en place des jardins partagés sur sa commune. Chacun est ainsi appelé à devenir un apprenti jardinier-citoyen, en plantant, cultivant et récoltant à sa guise les fruits du potager en libre-service. Cette démarche collective est basée sur l’échange de savoir-faire et le partage d’expérience.  Un formidable outil d’éducation populaire à l’écologie, qui reconnecte le citoyen à son environnement naturel et à ses ressources locales. »

http://www.souleu.org/

Le concept de transition par l’association SOULEU

http://www.souleu.org

Concrètement, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’inciter les citoyens d’un territoire (bourg, quartier d’une ville, village…), à prendre conscience, d’une part, des profondes conséquences que vont avoir sur nos vies la convergence du pic du pétrole et du changement du climat et, d’autre part, de la nécessité de s’y préparer.

  En s’appuyant sur une vision positive de l’avenir, les groupes locaux mettent en place des solutions concrètes (acheter bio et local, jardins, énergie ou transports partagés, monnaie locale, protection des terres fertiles…) qui permettent d’œuvrer collectivement et concrètement à la réduction des consommations d’énergie d’origine fossile et des émissions de CO2, à relocaliser l’économie source d’emplois, à renforcer les liens, les solidarités et la coopération entre l’ensemble des acteurs du territoire, à acquérir les compétences qui deviendront nécessaires au renforcement de notre autonomie…

 Dès lors, chaque groupe local de Transition trouvera par lui-même les solutions qui lui conviennent en fonction de ses ressources et de ses enjeux. Le fonctionnement des groupes est horizontal et participatif.

Pourquoi agir localement?

  • parce que l’économie devra inévitablement se re-localiser en grande partie
  • parce que c’est le niveau auquel les citoyens peuvent inventer des solutions bien adaptées à leur réalité et passer à l’action
  • parce que c’est près de nous se trouvent les gens, les ressources et les solidarités pour agir
  • parce qu’il n’y aura pas de lois magiques qui tomberont du ciel, ni de sauveurs bienveillants qui résoudront nos problèmes à notre place

Le mouvement de Transition est né en Grande-Bretagne en 2006 dans la petite ville de Totnes. L’enseignant en permaculture Rob Hopkins avait créé le modèle de Transition avec ses étudiants dans la ville de Kinsale en Irlande un an auparavant. Il y a aujourd’hui plus de 2 000 initiatives de Transition dans le monde, en 44 pays, dont 150 en France, réunies dans le réseau International de la Transition *textes issus ou inspirés du site de transitionfrance.

 

Plus d’informations sur le site : http://www.transitionfrance.fr 

A lire : Le pouvoir d’agir ensemble, ici et maintenant. Par Rob Hopkins et Lionel Astruc. Editions Actes Sud.

2°) La transition au niveau local : tout reste à construire

Le concept même de transition implique la création d’une dynamique locale impulsée par un groupe de personnes motivées (ou des organisations locales) pour s’investir collectivement dans la mise en place de projets alternatifs sur leur territoire.

Construire ensemble.

Dans la transition écologique, dans la transition énergétique, dans la transition sociale…

Tel est le défi qui est le nôtre en ces temps troublés et anxiogènes.

Vaincre les peurs par le « vivre ensemble » et l’espoir…www.souleou.org

Lire la suite sur www.souleou.org

Vous avez aimé : PARTAGEZ !
Share

envoyez
FAITES CIRCULER CETTE INFORMATION !
Envoyez-la ICI PAR MAIL à qui vous voulez !

Share